Ne quitte pas comme un rageux : cinq manières de faire face à la colère du joueur

14.8.2018

Tu joues un match de Battle Royale depuis une demi-heure. Tu as survécu à un tir de tireur embusqué et à des véhicules incontrôlables, et tu as éliminé pas mal d'adversaires.

La bataille atteint son inévitable dénouement. La tension monte lorsque tu découvres qu’il ne reste plus qu’un adversaire et toi. Tu as déjà en bouche le goût de la victoire.

Tu rampes le long d'une des dernières maisons de la carte, glisses furtivement à travers la porte dérobée, quand soudain... PAN !  Debout, ou plutôt « en train de camper » derrière se trouve le même gars qui t’a tué lors du tour précédent. Et quelques tours avant ça.

En fait, tu as l’impression que cette personne t’a traqué toute la journée, apparaissant à chaque tour et ruinant tous tes espoirs de jamais gagner un match.

Tu commences à voir rouge.

La rage des joueurs est assez courante

Lorsque cela arrive, nous nous classons généralement dans une de ces deux catégories.

Soit, dans notre tête, nous réalisons ce qui s’est passé et nous essayons de nous calmer. Soit nous commençons à stresser, à crier à pleins poumons et, pour certains, jetons violemment la mannette de l’autre côté de la pièce.

Si tu fais partie de la première catégorie, tu sais très certainement comment contrôler la colère qui bout en la plupart d’entre nous lorsque nous perdons à un jeu. Mais si tu appartiens à la seconde catégorie, les choses pourraient devenir vraiment déplaisantes.

Les raisons expliquant pourquoi nous ressentons la « gamer rage » (ou colère du joueur) ne sont pas différentes de celles entraînant la violence au volant ou n’importe quels autres problèmes de gestion de la colère. Elles naissent souvent du sentiment de n’être pas suffisamment bon ou d’avoir été maltraité. Et il est difficile de passer outre.

Il est toujours possible d’arrêter de jouer au jeu, mais, pour certains d’entre nous, les jeux vidéo sont à la première place de notre « liste des activités agréables » et c’est quelque chose que nous ne voulons vraiment pas faire.

Est-il donc possible de totalement contrôler et réduire nos niveaux de stress lorsque nous jouons aux jeux ? Et la suppression de ce ressenti est-il la meilleure chose que nous pouvons espérer ? En fait, tout dépend de toi et de ta capacité à identifier les déclencheurs suffisamment tôt.

Signes d'avertissement de la rage des jeux vidéo

Les déclencheurs sont les aspects du jeu débutant le cycle de la colère que nous connaissons lorsque la « rage du gamer » pointe le bout de son nez. Ces déclencheurs existent chez chacun de nous et certains sont pires que d'autres.

Tout comme les autres aspects de la vie que nous apprécions, les déclencheurs varient en chacun d’entre nous. Pour certains, ce pourrait être lorsqu’un joueur, en particulier, sembler nous cibler de manière répétée. Pour d’autres, ce pourrait simplement être le fait d’avoir du mal à passer un niveau. En général, ces déclencheurs ont tendance à être liés à la performance plutôt qu’au contenu du jeu.

Beaucoup de choses peuvent déclencher votre rage de joueur

Quel que soit ton déclencheur personnel, tu peux le reconnaître dès que tu commences à ressentir que tes pensées deviennent incontrôlables. Il est souvent accompagné d'une accélération du rythme cardiaque, de la respiration, parfois de tremblements et d’un net sentiment de rage pure. Il existe d'autres symptômes, mais le fait que tu les exhibes, ou non, dépend vraiment de ta psyché. Serrer les dents, suer, avoir mal au ventre, voire connaître des vertiges : tous ces signes ont été rapportés comme étant des signaux d'avertissement d’une crise de rage imminente.

Apprends à reconnaître tes déclencheurs et tu seras sur la bonne voie pour y faire face. Si tu découvres qu’il est difficile de décoder ce qui te déclenche, demander à un ami avec qui tu joues fréquemment pourrait aider. Ceux d’entre nous qui abandonnent rageusement (« rage quit ») fréquemment pourraient remarquer qu’il est plus facile d’observer les déclencheurs de l’extérieur plutôt que dans le feu de l’action.

Lorsqu’un déclencheur existe, la colère suivra pour sûr, mais il existe une manière instantanée et infaillible d’estomper cette rage. Faire une pause.

1. Faire une pause

Faire une pause avant de t'attaquer de nouveau à un niveau frustrant devrait aider à te calmer rapidement. Comme pour bon nombre d'autres problèmes, arrêter de penser au jeu peut te permettre de te sentir immédiatement plus détendu. Ceci permet également d’obtenir l’effet secondaire, primordial, de parfois améliorer ta performance lorsque tu reviens.

As-tu jamais essayé, pendant des heures, de passer un niveau, avant de faire une courte pause, de revenir et de le vaincre immédiatement ? Peut-être n’est-ce pas une simple coïncidence. Depuis un certain temps, l’industrie de la musique discute d’une technique d'apprentissage appelée « incubation ». L’idée tourne autour du fait que ton cerveau continuera à déchiffrer les choses que tu apprends au quotidien, même lorsque tu n’y penses pas consciemment. Ceci survient principalement lorsque nous dormons, nous offrant généralement une nouvelle perspective du problème lorsque nous nous réveillons.

Faire une pause

Ce phénomène a, pour la première fois, été observé chez des musiciens apprenant un nouvel instrument, mais le postulat est le même pour n’importe quelle compétence. Si tu joues au petit matin avec de moins en moins de réussite, peut-être est-il temps de faire une petite pause ou d'aller te coucher pour recommencer du bon pied le lendemain ?

2. Réduire le niveau de difficulté

L’option suivante pourrait ressembler à un échappatoire, mais si ta colère empiète un peu trop sur ton plaisir de jouer, il est peut-être temps de l’envisager.

Peu importe ce que disent tes amis : réduire le niveau de difficulté n’est PAS un acte criminel. Si tu trouves qu’un jeu n’est plus amusant, est-ce un péché que de réduire d’un cran la difficulté ?

Les puristes pourraient faire preuve de condescendance, mais nous ne sommes pas tous nés avec des réflexes de chat ou la patience d’un saint. Nous ne devrions pas nous sentir coupables de vouloir terminer un jeu.

Nous jouons aux jeux vidéo pour nous amuser, donc lorsque le plaisir disparaît, il est certainement temps d’admettre que tu es le genre de gars, ou de fille, qui n’aime pas en baver tant que ça.

3. Regarder, apprendre, recommencer

Si tu as un mouvement de recul, horrifié à l’idée de réduire la difficulté (ou si c’est totalement impossible parce que tu joues à un jeu en ligne), il ne te reste plus qu'une option. Tu dois t'améliorer.

Cette déclaration pourrait ressembler à une banalité et, dans une certaine mesure ça l’est, mais de nos jours, avec les ressources à notre disposition, tu n’as pas épuisé toutes les alternatives avant d'avoir regardé un tutoriel vidéo ou deux.

Si les guides pas-à-pas complets ne sont pas ta tasse de thé, une vidéo discutant d’astuces et de techniques te conviendrait peut-être mieux ? Ou, pour les jeux en ligne compétitifs et sportifs, regarder quelques experts sur Twitch pourrait te permettre de jeter un regard neuf sur le jeu et d’ainsi découvrir pourquoi tu es si mauvais.

Comme le veut le dicton, « le savoir est une arme », donc découvre qui sont les meilleurs joueurs du monde à ton jeu et commence à prendre des notes.

4. Reporter sa colère ailleurs

Lorsque tu n’arrives pas du tout à te calmer, reporter ta colère sur autre chose pourrait s'avérer être une catharsis.

Non, je ne parle pas de crier sur tes voisins, mais si tu découvres que d'autres activités te permettent d'atténuer ton stress, les pratiquer pourrait être une bonne idée. Pour ceux d’entre nous qui possèdent un sac de frappe, la réponse semble évidente, mais pour ceux qui n’en ont pas, faire une pause et charger un jeu moins difficile, dans lequel tu as pratiquement un doctorat, pourrait offrir un soulagement nécessaire après avoir échoué encore et encore.

Une fois que ton rythme cardiaque est redevenu normal, tu peux te verser un verre de citronnade et allumer une bougie avant de t’attaquer de nouveau à ce jeu impitoyable.

5. Demander de l’aide

Si, en général, tu as la colère facile, dans les jeux ou dans d'autres aspects de ta vie, ce pourrait être une bonne idée d’étudier des techniques de gestion de la colère et de développement personnel.

Être « soucieux » de ta santé mentale n’est absolument pas une source de moquerie. Pour ceux qui souffrent de problèmes de colère, cette facette peut contrarier notre joie de vivre jusqu’à affecter notre vie professionnelle ou nos relations. Si les choses atteignaient ce niveau, apprendre comment éviter ces situations et comment y faire face pourrait devenir impératif pour cimenter notre joie de vivre à long terme.

Apprendre des techniques de respiration, comment vider son esprit et comment se distraire pourrait faire la différence entre devenir la meilleure version de soi possible et rester cette personne en colère que les autres ont tendance à éviter.

Si ta colère devient incontrôlable, n’aie jamais honte de demander de l’aide. C’est un problème extrêmement répandu et il est bien plus facile d’y faire face lorsque tu possèdes les connaissances adéquates.

C’est sensé être amusant, non ?

L'information la plus importante à retenir est que cette colère du joueur ne signifie pas que tu dois arrêter de jouer aux jeux. N’oublie pas que bon nombre d’entre nous sommes très passionnés lorsque nous jouons aux jeux vidéo et que cette passion peut parfois mener à la colère lorsque les choses ne vont pas comme prévu.

Plutôt que penser qu’il faut se débarrasser de tous les sentiments négatifs lorsque tu joues, sache que tu peux apaiser ces sentiments sans perdre l’avantage en jeu.

Ne vous découragez pas de quitter - amusez-vous bien

Ta frustration, lorsque tu perds, pourrait devenir une source d'inspiration plutôt que quelque chose de honteux ou d’agaçant. Personne ne naît expert en quoi que ce soit et les jeux vidéo ne sont pas une exception. Pourquoi es-tu si mauvais à ce jeu ? Pourquoi les autres joueurs semblent être tellement meilleurs ? Quelles tactiques utilisent-ils ? Quelles sont leurs compétences ?

Plutôt que te laisser envahir par la rage, identifie-la, puis éloigne-toi de la colère en te demandant comment faire pour t'améliorer. Si tu trouves que, pour le moment, les choses sont trop difficiles, fais une pause puis reviens plus tard avec une autre attitude.

Par dessus-tout, essaie de ne jamais oublier que les jeux sont sensés être amusants. Pendant nos moments de repos, nous cherchons à évacuer le stress, donc la prochaine fois que tu obtiens des résultats médiocres, ménage-toi.

Si tu sors en permanence d'une session de jeu en colère et épuisé, il vaut certainement le coup de saisir le problème à bras-le-corps. De temps à autre, nous ressentons tous l’envie de « rage quit », mais lorsque cela s'immisce entre le jeu et notre plaisir, un changement est nécessaire. La frustration est normale ; la colère ne l’est pas. Donc, dans l’intérêt de ta santé mentale, traite le problème. Ne le laisse pas te dominer.

Jouer devrait être amusant, un point c’est tout.