Apprends-en plus sur les marchés noirs qui parasitent les MMO

17.10.2017

Toutes les failles de sécurité et tous les problèmes liés aux technologies de l’information ont été accentués par l’Internet. De nos jours, les informations à propos de nouvelles menaces, de feuilletons télé, voire d’institutions gouvernementales, piratés sont ordinaires. Et ce serait une erreur de penser que les jeux en ligne sont une exception.

Au contraire, tout un groupe marginal a fait de l’exploitation des jeux en ligne sa vocation. Le phénomène est apparu il y a longtemps et il est surtout présent dans le monde des MMORPG. Depuis les plus belles heures de jeux tels que RuneScape ou World of Warcraft, des individus, voire des entreprises, ont trouvé des moyens de gagner de l’argent en utilisant l’économie des jeux et parfois même les autres joueurs.

À l’image des MMO dont ils dépendent, ces marchés noirs ne cessent jamais d’innover, d'évoluer et de s’adapter.

Les premières heures des marchés noirs des MMO

Le terme « marché noir » est toujours utilisé avec une connotation négative. Il est presque impossible d'imaginer les gens qui y participent comme étant des individus moraux ou dignes de confiance. Mais cette perception est partiellement fausse. Pour comprendre ce point, revenons aux origines du phénomène.

Il est pratiquement impossible d’identifier qui était le premier joueur à réaliser que d'autres étaient prêts à payer de l’argent réel pour acheter un objet. Une chose est certaine : ce n’est pas passé inaperçu.

Aussitôt que les MMORPG sont devenus populaires et que leur fréquentation a augmenté, un besoin est apparu : l’obtention d'objets rares sans avoir à sacrifier énormément de temps. Peut-être que le manque de micro-transactions ou de supervision constante a contribué au fait que l’argent du monde réel est devenu partie intégrante du système d’échange. Néanmoins, l’Or, ou toute autre
« devise forte » utilisée en jeu, est devenu un produit.

Gold farming : la version abrégée

Le concept est simple : les joueurs qui souhaitaient vendre de l’Or en jeu sur le marché noir devaient pouvoir en fournir de grandes quantités. En 2003, par exemple, 1 million de pièces d’Or de RuneScape 2 s'échangeaient contre 5 à 8 $ US.

Les vendeurs devaient donc découvrir des méthodes astucieuses pour obtenir des millions d’Or aussi vite que possible. Ils ont commencé en identifiant les ressources relativement difficiles à obtenir. Puis ils ont écrit des scripts qui créaient des comptes automatisés en charge de récolter autant de ressources que possible.

Dans les premiers MMO, où il n’y avait parfois aucune limite à la quantité de ressources qu’un joueur pouvait transporter, c’était une bonne solution. Même aujourd'hui, ce procédé reste très profitable dans bon nombre de MMO. Ce système est devenu tellement commun que les développeurs ont dû commencer à avertir leurs joueurs à propos des dangers liés à l’achat d’Or auprès des gold farmers.

Pour beaucoup de gold farmers, c’était un moyen facile de gagner de l’argent. Il n’est donc pas surprenant qu’ils aient rapidement découvert des alternatives plus simples et plus lucratives. Même si ces alternatives étaient illégales et parfois véritablement nuisibles.

L’hameçonnage

Pourquoi passer des heures à farmer des ressources précieuses ou à programmer des milliers de robots quand il suffit de pirater les comptes des autres joueurs pour voler leurs ressources ? C’est la logique suivie par certaines sociétés et certains opérateurs peu scrupuleux du marché noir. C’est cette même logique qui a donné sa mauvaise réputation au marché noir.

Dès 2005, certains sites web ont commencé à proposer aux joueurs de les aider à développer leurs comptes de jeu. Les joueurs avaient simplement à fournir leurs identifiants. Sans surprise, les joueurs qui envoyaient nom d’utilisateur et mot de passe à ces sites se faisaient voler leur compte. Les comptes volés étaient ensuite revendus ou vidés de toutes ressources.

Ce type de piratage est le plus populaire, mais il est également le plus simple à éviter. Il suffit simplement de ne fournir à personne ses identifiants. De même, il est conseillé de ne pas utiliser de logiciels tiers non certifiés par les développeurs du jeu. Ce logiciel pourrait, comme promis, augmenter tes ressources, mais rien ne l’empêche de voler tes identifiants le moment venu.

Hack ‘n’ Slash

Mais l’hameçonnage n’est pas le seul outil utilisé dans les MMO par les pirates potentiels. Certains choisissent des méthodes plus directes ou plus drastiques. Parfois, la meilleure manière de gagner des millions de pièces d’or pour les revendre contre de l'argent réel consiste à les créer.

Certains joueurs ont découvert des moyens de créer les ressources les plus rares du jeu en manipulant le code. Dans certains cas, il est question de créer des fortunes. Dans d'autres, ils peuvent générer des objets rares ou même des maisons en jeu. C’est ce qu'a raconté MANFRED, un pirate spécialisé dans les MMO, lors de la conférence DEF-CON de juillet 2017.

Le pirate a expliqué quelques-unes des méthodes relativement simples utilisées pour atteindre ses douteux objectifs. Par exemple, dans Ultima Online, MANFRED a remarqué qu'il pouvait voler les maisons des joueurs. Il a ensuite revendu ces maisons sur eBay à un prix moyen de 2 000 $. Pendant plus de 20 ans, il a réussi à amasser une petite fortune en exploitant les défauts du code de certains des MMO les plus populaires.

Marchés noirs dans les MMO populaires

World of Warcraft

WoW est loin d’être le premier MMO à souffrir d'une économie parallèle. Mais il a, pendant longtemps, été un des jeux les plus populaires en ligne. Il n’est donc pas surprenant que son marché noir ait également reçu sa part d’attention médiatique.

Certains se souviendront peut-être des documentaires à propos des entreprises chinoises qui se ruaient sur les serveurs de WoW simplement pour obtenir de l’or ? Allez simplement sur Google ou YouTube et recherchez « gold farming dans WoW » pour comprendre l’échelle du problème. Ce qui est plus surprenant, c’est que cette pratique n’est pas limitée à des joueurs ou des entreprises. Parfois, des prisonniers sont forcés de jouer contre leur gré, quelquefois dans des conditions inhumaines.

Counter Strike

Counter Strike n’est pas un MMO dans le sens conventionnel du terme, mais son économie parallèle était une des plus importantes de tous les jeux en ligne. L’industrie est beaucoup plus agressive que celle que vous trouvez sur les jeux en ligne, avec une politique de « tous les moyens sont bons ». Il est possible de trouver des paris en jeu, des ventes d’équipements personnalisés et même des casinos en ligne totalement illégaux.

Le développeur Valve essaie de combattre ce phénomène en punissant ceux qu’il attrape sur le fait. Malheureusement, cette stratégie ne paie pas toujours. Dans une certaine mesure, l’industrie parallèle de Counter Strike Global Offensive aide, en fait, à augmenter la popularité du jeu, ainsi que l’argent gagné. Certains pointent même du doigt les développeurs eux-mêmes, jugeant qu’ils autorisent l’industrie à se perpétuer.

Entropia Universe

Ce MMO se trouve à l’autre bout de l’échiquier des marchés noirs. Pour essayer d’empêcher l’apparition d'un marché noir, les développeurs ont tenté d’introduire leur propre système de conversion de devises. Les joueurs peuvent investir de l'argent réel pour développer leurs personnages et leurs comptes, et il peuvent vendre des objets en jeu pour convertir leur « Or » (appelé PED) en dollars américains. Ce concept est plutôt créatif et, depuis la sortie du jeu en 2003, ce modèle commercial semble solide.

Mais cette convertibilité intégrée a rendu les comptes d’Entropia Universe très attirants pour les pirates d’informations. Particulièrement lorsque le jeu est entré dans le Livre Guinness des records après avoir vendu une station spatiale pour 330 000 $.

Mais est-ce légal ?

Manifestement, la question se pose de savoir si tout ceci est légal. Ces pratiques de marché noir ne sont-elles pas illégales ? N’enfreignent-elles pas, au moins, les Conditions d'utilisation des MMO ? La plupart du temps, la loi n’est pas intéressée par les économies d'un jeu MMO. Sauf lorsqu’il est question de jeux d'argent, en particulier auprès des mineurs.

Le gold farming ou la revente de comptes n’est pas, à strictement parler, illégal. Mais les développeurs ont tendance à être opposés à ces pratiques parce qu’ils redoutent les actions en justice. En fait, si les deux parties d'une transaction réalisée sur le marché noir décident d’aller devant les tribunaux, les développeurs sont immédiatement impliqués puisque leur MMO est l'outil financier.

Théoriquement, une solution permettant d’empêcher les transactions d’argent réel serait de placer toute l’économie entre les mains des développeurs. Les joueurs ne pourraient plus affecter l’offre et la demande. Ceci serait malheureux et aurait un impact sur l’attractivité et l’authenticité du jeu. Un tel choix découragerait certainement bon nombre de joueurs de passer du temps en jeu et pourrait mener à l’abandon total du MMO.

Peu de gens sont mieux placés pour en parler qu’Eyjolfur Gudmundsson, économiste principal chez le développeur d’Eve Online, CCP. EVE Online est connu pour mélanger argent du monde réel et finances en jeu. Gudmundsson a résumé ainsi les effets des marchés noirs sur les MMO : le marché noir d'un MMO qui fonctionne avec de l’argent réel ne présente pas nécessairement une menace pour l'économie en jeu. Il est toutefois nécessaire de placer de solides garde-fous pour réguler l’offre et la demande, ajuster l’inflation et empêcher la manipulation du marché. Ces idées peuvent sembler extrêmement complexes, mais vous les trouverez dans tous les MMO auxquels vous jouez.

Combattre les marchés noirs

Aucun MMO ne peut se prémunir totalement contre les marchés noirs. Même lorsqu'il n’existe aucune manière pratique, en jeu, d'échanger des ressources entre joueurs, il est toujours possible de vendre les comptes. Et même les jeux pour navigateur ne font pas exception.

La communauté de jeu n’est bien entendu pas indifférente à cette situation. De nombreux joueurs ont été victimes de gold farmers sans scrupules, ce qui pourrait expliquer l’attitude hostile vis-à-vis de ces joueurs. D’autres ont été touchés par la dégradation de l’économie, dont ils jugent ces farmers responsables.

Parfois, cette attitude hostile apparaît lors de campagnes globales destinées à décourager ou saboter le travail des farmers. Un des cas les plus récents vient de se produire sur RuneScape, où les joueurs sont devenus très virulents contre des joueurs venant du Venezuela. Pour donner un peu de contexte, des joueurs vénézuéliens essayaient d’arrondir leurs revenus pour tenter de survivre à l’hyper-inflation qui frappe leur pays.

Trouver des solutions à ce genre de situations n’est pas toujours facile. Il est difficile de garder trace de toutes les actions et toutes les interactions entre joueurs. Et il n’est pas toujours possible (ni sage) de demander aux autres joueurs de dénoncer les comptes suspects. Non seulement faudrait-il vérifier chaque signalement, mais il faudrait également s’assurer de la bonne foi de ces rapports.

En tous les cas, dans la plupart des cas, la seule solution consiste à intégrer les marchés noirs en jeu en utilisant des modèles tels que ceux d’Albion Online. Dans ce jeu, les objets précieux qui pourraient attirer les trafiquants des marchés noirs ne sont plus donnés par les monstres ni à la fin des donjons. Vous devez aller voir un PNJ qui organise la redistribution de ces précieuses ressources. À ce jour, il n’existe pas de solution fiable permettant de farmer une ressource spécifique. La solution d’Albion Online est astucieuse et semble, jusqu’à présent, fonctionner, mais il est impossible de l’utiliser dans tous les MMO.

Dans l’ensemble, les marchés parasites des MMO sont une question extrêmement complexe et problématique que les développeurs ne peuvent pas toujours surmonter. Même pour des studios tels que Blizzard, qui possèdent pourtant beaucoup de ressources et d’expérience de ce genre de situations, les marchés noirs restent un problème majeur.

Les développeurs ne peuvent pas y faire face seuls. Les joueurs doivent jouer leur rôle en ne cédant pas à la tentation de mettre la main sur des objets ou de l’Or bon marché. Et même ainsi, il faut admettre que cette industrie illicite possède un avenir radieux... Peut-être que la seule solution pratique est de l’inclure dans les mécaniques des MMO et de totalement la réguler. Mais, de nouveau, certains affirment que les marchés noirs ne causent absolument aucun préjudice à un jeu. Peut-être devrions-nous simplement les laisser tranquille et ne rien faire...