Depuis les Parchemins Pirates : L’entretien avec Leonard Yampolsky

Oyez, oyez ! Mes Dames, Messeigneurs, ou, sur cette barge pourrie en haute mer, j’devrais plutôt dire mes vieilles fripouilles ! Écoutez et vous entendrez c’que j’ai à dire, ou alors vous passerez par-dessus bord en cette nuit orageuse...

Les vagues déferlantes martèleront les flancs d’ce navire, l’écrasant contre les rochers couverts d’bernacles, et l’ciel de minuit présent’ra les tourbillons les plus vils, tirés d’la plus diabolique des sorcelleries. Mais écoutez ! Il existe une étoile... Un corps angélique et divin qu'il est possible de voir depuis très très loin. Mais attention, vieux loups d’mer ! C’n’est pas ton étoile du berger, mais plutôt une étoile bleue maudite... Une présence de mauvais augure pour cette soirée.

Il y a, à bord de c’te galère, un Cap’taine qui est Chef de STAR PIRATES : Leonard Yampolsky. Cette bande de gredins est la première Fraternité à récupérer 8 Médaillons d’Or et à posséder son propre logo personnalisé. Une jolie prouesse pour une humble bande de pirates !

Capitaine Anne :

C’t’un véritable honneur d’être là avec le Capitaine des « =STAR PIRATES= ». Être la première Fraternité à arracher 8 Médaillons dorés est une sacrée prouesse. Avec ton Drapeau d’Fraternité, tu navigueras en haute mer avec style ! Cap’taine Leonard : comme se sent-on, mon gars ?

Leonard Yampolsky :

Arrr ! Tout d'abord, j’te r’mercie pour la reconnaissance d’nos prouesses. Nous avons bravé les hautes mers, lors de nuits froides et traîtresses pour obtenir ces belles récompenses. Les médaillons dorés sont prisés chez nous, les boucaniers, et c’est bon d’constater que tout ce rude labeur n’était pas pour rien. Mais ça n’a pas été facile ! La Fraternité s’est entraînée dur pour obtenir ces victoires et nos 8 médaillons en sont la preuve. Nous n’aurions jamais pu décrocher cette timbale sans les développeurs qui ont tout mis en place. Ils ont brûlé la chandelle par les deux bouts jusqu’à ce qu’ce soit terminé... nous aidant ainsi à créer notre propre Drapeau d’Fraternité. Nous leur sommes redevables... et comme vous l’savez tous, un pirate est lié par sa parole... Arrrr !!!

Capitaine Anne :

C’est bon d’voir qu’le jeu a captivé ton attention. Nous aimons tous voir ça. Mais hélas, nous ferions mieux d'avancer pour nous occuper d'affaires pressantes, Cap’taine Leonard. Nous aimerions savoir laquelle d’ces prouesses a été la plus mémorable pour ta Fraternité et toi ? Pour un Cap’taine avec un tel talent, on s’demande bien pourquoi ça a été aussi ardu. Dis-nous donc : comment tes fripouilles et toi avez-vous déjoué les pronostics et décroché ces Médaillons si prestigieux sur ces mers si rudes ?

Leonard Yampolsky :

T’as bien raison, Cap’taine Anne ! Les médaillons sont rares sur les Sept Mers. Il y a bien des manières d’gagner un butin si convoité. Et bien, soyons francs : c’est un jeu stratégique réclamant d’intenses cogitations et une planification méthodique. Nous savons tous qu’une Fraternité doit faire c’qui correspond à son style de jeu. Il n'y pas d’meilleure manière d’faires les choses. Chaque Fraternité doit faire son choix. Mais hélas ! Il y a un Médaillon spécifique, celui des Loups de Mer. C’trésor convoité n’peut être gagné qu’une manière spéciale. Tu sais c’que c’est ? Se battre bec et ongles, avec ton crochet et ton sabre d’abordage, et ce jusqu’à la mort ! Pour mon équipe, ça a été l’combat l’plus vicieux qu'nous ayons jamais livré. Du temps, d’l’énergie et d'nombreux trésors ont été sacrifiés par la Fraternité.

Capitaine Anne :

Il faut le dire, Cap’taine Leonard : t’es un redoutable guerrier de la haute mer... Des Sept Mers en fait ! Nous aim’rions bien en apprendre plus à ton sujet. Quelles mélodies aimes-tu écouter pendant qu’tu flottes et zigzagues sur les lames de fond ? De quels sports tâtes-tu lorsqu’tu n’es pas sur le pont ? Et quand tu n’es pas à la barre, quelles émissions attirent ton attention ?

Leonard Yampolsky :

Facile de répondre à ces questions. Mon foyer est riche en mélodies... d'la musique qui charme l’or hors d'la bouche des pirates, bien sûr ! Nous apprécions la bonne musique chez moi. Je trouve la musique classique apaisante et exaltante. Mais j’apprécie aussi les airs des années 80 et 90. Mais hélas ! Rien n’bat ce génie, le guitariste russe Vladimir Vysotsky… quand j’navigue sur les Sept Mers, la musique et toutes les langues du monde sont appréciées ! J’aime les mélodies françaises, russes, anglaises et italiennes. Mais la télé, c’est hors de question. J’n’ai pas l’temps pour ça. J’passe mon temps avec mon équipage... Sinon, je lis ou j’mène mes gredins d’matelots dans d’fantastiques aventures !

Capitaine Anne :

Ta loyauté au jeu est réconfortante, même pour une Cap’taine pirate telle que moi ! Arr ! Ma prochaine question porte sur quelque chose qu’les gaillards aimeraient savoir : quels drôles de vent t’ont porté jusqu'à Pirates: Tides of Fortune ? C’est c’qu'on veut savoir !

Leonard Yampolsky :

C’t’une question étrange, Cap’taine Anne ! Personnellement, c’est la chance qui a fait d'moi un énorme fan du jeu ! J’parcourais, un beau jour, les pages d’Facebook et une pub pour l’jeu a surgi et m’a attiré l'bon œil ! J’suis fasciné par les Pirates, la haute mer et l’mystère d’tous ces loups d’mer. La légende est plus vraie qu’nature, tu vois ! J’clique dessus et arrr : je suis un joueur fervent d'puis c'moment-là.

Capitaine Anne :

Vivre une vie sur les Sept Mers n’est jamais ennuyeux. D’folles aventures et de mystérieuses quêtes t’y attendent. Cap’taine Leonard : dis aux gaillards qui écoutent c’que t'as ressenti lorsque tu as commencé à jouer à Pirates: Tides of Fortune.

Leonard Yampolsky :

Arr ! Tu poses toujours les plus difficiles des questions, Cap’taine Anne. Un beau jour, j’me suis connecté au jeu et j’ai reçu bon nombre de différentes impressions. La chance était d’mon côté pendant quelques jours, mais bientôt, j’ai réalisé qu'il m’fallait une stratégie pour maint’nir ma réussite. Ma survie en dépendait. J’ai donc commencé à étudier toutes sortes d’Fraternités pour découvrir c’qui les distinguaient les unes des autres. Mais écoute ! En tant qu’marin ambitieux, j’voulais aussi savoir comment les Cap’taines étaient d’venus aussi puissants ! Donc j’ai r’cherché partout... Et j’ai final’ment trouvé la Fraternité Star Pirates et j’ai réussi à leur forcer la main pour pouvoir grimper à bord.

Ce n’était que quelques jours plus tard qu’j’ai réalisé qu’j’avais pris la bonne décision ! C’était au cours d'une bataille sanglante où j’ai vu un Cap’taine qui avait 40 niveaux d'plus que moi lancer une attaque ! Écoute ! Notre intrépide leader, Dmitry Vinnikov, n’l’a pas entendu ainsi et m’a envoyé une puissante troupe d’renforts pour garder mon R’paire. Tu n’en aurais pas cru tes yeux : des Corsaires Noirs à perte de vue arrivant en masse dans mon R'paire pour m’protéger contre l’attaque ennemie. Ma Fraternité me couvrait et j’étais épaté. Ce jour-là, j’ai juré fidélité à ma Fraternité. J’ai été formé par deux des tous meilleurs. Du coup, mes compétences de Capitaine expérimenté de la haute mer sont devenues encore plus redoutables. J’ai appris les toutes meilleures stratégies qui existent et je les applique à chaque fois au combat.

Capitaine Anne :

Arr ! C’est sûr, tu sais comment choisir la bonne Fraternité, Cap’taine Leonard ! En c’qui concerne tes ennemis - à part l’Roi Carlos - que voudrais-tu partager avec ces fripouilles d’Pirates: Tides of Fortune à propos du pire du pire qui existe ? J’parle du fond du panier, des fumiers de haute mer ? Comment leur donnes-tu d’bonnes corrections ? Comment vaincs-tu ces vils ennemis pitoyables ?

Leonard Yampolsky :

Voilà c’qu'il en est, Capitaine Anne ! Tu n’le croirais pas si j’te l’disais en face, mais nos pires ennemis sont, en fait, nos meilleurs alliés ces derniers temps. Nous sommes des gaillards des Sept Mers ! D’nombreux capitaines aguerris nous ont r’joint après avoir été de formidables adversaires. Nous défions amis et ennemis et, sans surprise, nous les dirigeons vers la Fraternité et ils s’y trouvent comme chez eux. Le respect mutuel est un composant important lorsque tu livres une guerre contre un ennemi. Ne sous-estime jamais un ennemi, de quelque manière que ce soit. Nous avons appris ça au cours de nombreuses batailles difficiles. Nous estimons énormément nos vieux ennemis et nous avons énormément de respect pour eux lorsqu'ils deviennent nos compagnons.

Capitaine Anne :

C’est un étrange développement... Un meilleur ennemi, quoi ! Arr ! Transformer des ennemis avec qui tu croises l’épée en camarades de combat est un formidable défi. Chapeau ! Les Sept Mers ne sont pas un endroit pour les faibles. Tu as fait du bon boulot, Cap’taine Leonard. Nous parlons au nom d’tous nos membres lorsque nous disons qu’ton image de profil se reconnait instantanément tellement elle est unique. D’quel film vient-elle ? Nous aimerions vraiment savoir pourquoi tu l’as choisie et quand ? Ne néglige aucun détail, Leonard !

Leonard Yampolsky :

T’as raison ! C’t’avatar est une capture d'écran d'mon film russe préféré : Les Trois Mousquetaires. Regarde de plus près, tu remarqueras qu’cette image est d’Artagnan. Après avoir lu l’livre et vu l’film, j’dois dire que d’Artagnan est mon personnage préféré. Quand j’étais enfant, mon père adoré m’a introduit aux romans d’Alexandre Dumas et, depuis, je chéris ces souvenirs.

Peu d’temps après avoir rejoint Star Pirates, j’ai réalisé qu’j’avais choisi l’meilleur des avatars. Nous étions comme une Fraternité d’Mousquetaires. J’ai eu cette impression dès l’premier jour. Tu c’est c’que c’était, Cap’taine Anne : le credo Tous pour un. C’est c’qui m’a accroché chez Star Pirates et d’Artagnan était donc un choix limpide.

Capitaine Anne :

Pas besoin d'me convaincre de c’qui fait qu’une Fraternité accroche... C’est c’t'approche Tous pour un. Mais dis-nous, Cap’taine Leonard : as-tu d’jà été approché pour rejoindre une autre Fraternité que « =STAR PIRATES= » ? On aimerait bien savoir. J’suis toute ouïe. 

Leonard Yampolsky :

... Devrais-je en parler ? Je n’en suis pas sûr, mais ouais, j’étais dans une autre Fraternité. Mais c’était au tout début, quand j’ai commencé l’jeu. C’est une courte période, peut-être deux jours, au plus. Les capitaines étaient d’bon gars, mais ils manquaient d’l’élément l’plus important qui soit : une bonne communication. C’est précisément c’dont une Fraternité a b’soin, Cap’taine Anne. L’échec est garanti quand tu n’communiques pas efficacement. Pirates: Tides of Fortune est un jeu de classe mondiale et j’suis prêt à parier mon Rhum sur l’fait que des gredins tels que moi, aux quatre coins des Sept Mers, t’diront que tout s’réduit aux relations interpersonnelles. C'est ce qui rend ce jeu si incroyable !

Capitaine Anne :

Arr ! Ta Fraternité s’entend comme larrons en foire ! Un groupe soudé, Cap’taine Leonard. Vous avez réalisé une quête épuisante sur les Sept Mers. Vous avancez comme un typhon. Quels sont vos objectifs pour Pirates: Tides of Fortune. Vos futurs plans ? On aimerait bien savoir.

Leonard Yampolsky :

T’as bien raison dans c’que tu racontes ! Mais je garde les choses simples, Capitaine Anne : un objectif est d’terminer tous les Médaillons jusqu’au niveau le plus élevé qui soit. Mais c’n’est pas tout ! Il y en a d'autres : comme voir c’que les matelots d'pont de Pirates: Tides of Fortune ont en stock pour nos marins et nos amis pirates afin d’faire passer l’jeu au prochain niveau d’excellence ! L’introduction du nouveau système d’Médaillon a grand'ment amélioré l’jeu. Mes amis Cap’taines et moi avons des tas d'objectifs vers lesquels avancer !

Capitaine Anne :

C’est bon de découvrir ces ambitions ! Ton équipage est d’classe mondiale, Cap’taine Leonard. Vous formez une force puissante contre vos ennemis. Mais dis-nous : quel est ta plus grande réussite hors d’Pirates: Tides of Fortune ?

Leonard Yampolsky :

J’m’attendais à une question plus difficile ! Celle-là est simple : mon épouse est la chose la plus belle et la plus merveilleuse qui me soit arrivée. Me marier a, sans aucun doute possible, été le couronnement. Mais le butin a continué à tomber puisque nous avons désormais un fils fantastique. Un gredin tel que moi n’aurait jamais pu recevoir un trésor plus merveilleux ! Elle est la pierre angulaire de ma vie, de ma famille. Je n’aurai jamais suffisamment de compliments à lui faire.

Capitaine Anne :

Comme deux gouttes d’eau, ouais Cap’taine. Un Pirate a besoin d'un partenaire, ça c’est certain ! Les Sept Mers sont traîtresses et naviguer seul n’est pas marrant. Peut-être voudrais-tu nous proposer autre chose ? Quelque chose à partager ?

Leonard Yampolsky :

Mais tu lis mes pensées, Cap’taine Anne ! Ce que je sais c'est que les joueurs adorent lorsque nous pouvons les aider à mettre leurs propositions en œuvre. À mesure que le temps a passé, Pirates: Tides of Fortune est devenu plus exigeant et ce pour plusieurs raisons. Les blanc-becs trouvent qu’apprendre les mécaniques internes du jeu est difficile... Donc ça m’a fait réfléchir. Peut-être pourrions-nous compiler un Groupe de Réflexion composé de joueurs vétérans qui comprennent véritablement les tenants et les aboutissants de ce jeu.
Mais, plus important encore, peut-être les joueurs vétérans devraient-ils interagir plus facilement avec les développeurs de Pirates: Tides of Fortune. Il n’existe pas de meilleure source que les plus fidèles des joueurs pour savoir comment le jeu est reçu. Arr ! J’pense à un environnement séparé, où les joueurs expérimentés fournissent des retours aux développeurs du jeu à propos des modifications, avant qu’elles ne soient mises en place. Ceci, s’lon moi, pourrait être génial pour les développeurs et les joueurs.

Capitaine Anne :

C’est un conseil bienvenu, Cap’taine Leonard. Arr ! Et bien, j’verrai c’que nous pouvons faire pour mettre en place une telle idée. Mais écoute, une dernière question : des conseils pour les joueurs inexpérimentés ? Comment naviguer en toute sécurité sur les Sept Mers et obtenir de grands succès dans Pirates: Tides of Fortune ?

Leonard Yampolsky :

Tu m’connais : toujours prêt à offrir de bons conseils aux camarades Pirates et Capitaines ! J’dirais une chose : c’t’un jeu d’stratégie. Tout est question d’chiffres. Si les comptes ne sont pas bons, la décision n’est pas bonne à prendre. N'oublie pas de faire preuve de stratégie pour prévoir tes mouvements. Ta flotte et tes troupes dépendent de toi en ce qui concerne la bonne décision. Le calcul derrière cette décision doit être solide. Si cela est désavantageux pour toi, ne prend pas cette décision.

Les navires sont faits pour être détruits. N’oublie jamais ça ! Mais en jeu, tu rencontreras d'nombreux loups d’mer et beaucoup d’gredins : ils s’ront tes meilleurs compagnons. Fais preuve d’esprit et de gaîté, interagis avec eux autant qu’possible. Au sujet des Fraternités : ne regarde pas les Classements, mais examine le Capitaine en charge. Il est possible que tu joues avec ce même Capitaine pendant de longues années. C’est la vie d'un pirate sur les Sept Mers ; les batailles t’en mettront plein la vue ! 

 

Cet article a été écrit par le joueur Leonard Yampolsky, qui nous donné l'autorisation de le poster sur Plarium.com. Toutes les pensées et toutes les vues exprimées ici sont celles du joueur et elles ne reflètent pas nécessairement les vues de Plarium Global

Mène ton équipage pirate vers la gloire dans
Pirates: Tides of Fortune