Les défis de la localisation

27.5.2015
Jouer maintenant

La localisation dans le jeu social est absolument essentielle sur le marché global d’aujourd’hui. Même pour les meilleurs jeux sociaux, une localisation naturelle et native est impérative. Le fait est que les joueurs qui passent leur temps à essayer de déchiffrer un texte mal traduit quitteront le jeu, peu importe sa qualité. Par conséquent, la question est : comment localiser correctement un jeu ?

Ma carrière dans la localisation a commencé lorsque je traduisais du contenu pour une petite société. J’ai ensuite enseigné l’économie en lycée pendant deux ans avant de décider qu’il était grand temps de m’aventurer dans une arène moins stressante. Croyez-le ou non, je me suis retrouvée dans la production de jeux !

Je me considère comme quelqu’un possédant d’importantes compétences linguistiques puisque je parle couramment l’anglais, le russe, l’allemand et l’ukrainien. Mon travail à Plarium a commencé en 2011 en tant que membre de l’équipe de localisation. J’ai débuté en tant que créatrice de contenu de jeu et traductrice en chef. Je faisais partie de l’équipe qui a supervisé les initiatives de localisation pour 12 titres. À Plarium, la majorité de nos jeux sont traduits en 7 langues uniques, avec la possibilité d’augmenter ce nombre alors que nous agrandissons notre marché.

J’aimerais prendre quelques minutes pour identifier quelques défis de localisation pour les développeurs de jeux, et pour vous donner un aperçu de la manière dont nous résolvons ces défis à Plarium.

#1 Construction d’une équipe

Il n’est pas difficile de trouver une société compétente ou un traducteur freelance qui fournira des services de localisation. Il existe une foule de professionnels fournissant des conseils culturels et linguistiques, des services de traduction, de correction et ainsi de suite. Le défi consiste à trouver quelqu’un qui fournit un travail en temps voulu, rentable, professionnel et pertinent. La traduction se doit d’être un superbe ouvrage.

Comment faisons-nous :

Nous avons mis en place notre équipe de rêve de localisation en 2011. Nous avons trébuché le long du chemin. Un conflit d’intérêt est apparu entre les traducteurs et les correcteurs. Il faut savoir que les correcteurs connaissent très bien la traduction et l’écriture créative ; parfois, cela les pousse à disputer le travail du traducteur, plutôt qu’à simplement corriger ce travail. Il se pourrait également qu’ils cherchent un travail de traduction, qui est bien mieux payé.

Notre processus de localisation de l’espagnol était truffé de problèmes entre les correcteurs et les traducteurs. Nous nous trouvions dans un conflit d’intérêt permanent entre les deux parties, chacune pensant posséder la meilleure version. En vérité, les versions étaient interchangeables et tout aussi acceptables. Le matériel traduit allait et venait de multiples fois, alors que les professionnels tentaient de supplanter l’autre.

Ceci nous a poussé à définir une politique ferme concernant les interactions entre traducteur et correcteur. Des rôles clairement définis et des règles claires sont absolument essentiels dans la mise en place des équipes traducteur/correcteur afin d’obtenir une interaction sans heurts.

Conseil :

Possédez toujours un relecteur et/ou un correcteur indépendant. La personne devrait parler couramment la langue cible et être totalement capable de corriger le matériel traduit pour s’assurer qu’il est précis. Il est toujours bon de bénéficier d’une seconde paire d’yeux !

#2 La localisation est plus que de la traduction

Comment définir une localisation géniale ? Il est certain que le contexte est important. Mais, dans le jeu social, le contexte oblige le traducteur à comprendre les complexités du jeu. Vous ne pouvez pas fournir de contexte si vous ne comprenez pas les mécaniques de l’univers de jeu. Bien entendu, vous pouvez trouver d’excellentes traductions sans ces spécificités, mais la traduction court le risque d’être ennuyeuse et de manquer de style ou de rythme. Même si vous ne le repérez pas, les joueurs le feront certainement.

Comment faisons-nous :

Nous avons commencé avec Total Domination sur Facebook en offrant des kits standards. Il semblait que tout allait bien ; les traducteurs avaient des captures d’écran, des glossaires et des descriptions pour créer de bonnes traductions. Ni les correcteurs ni les traducteurs ne pensaient que jouer au jeu était une nécessité. Puis ce qui a suivi fut surprenant : les traducteurs ont commencé à jouer au jeu et ils ont réalisé que les traductions étaient imprécises ou ne convenaient simplement pas au contexte du jeu.

La même chose était vraie avec les correcteurs. Désormais, nos clients à long terme adorent nos jeux pour navigateur et ils sont devenus des joueurs hardcore. Nos correcteurs et nos traducteurs nous aident régulièrement à tester nos builds en bêta. Ceci fonctionne parfaitement pour tous !

Conseil :

Essayez de convaincre votre traducteur de devenir un joueur, mais ne le pressez pas à le faire. Il est bon d’étudier le jeu, même des jeux simples, pour comprendre l’histoire. Expliquez les choses au traducteur, puisque cela l’aidera à comprendre précisément ce que vous essayez d’obtenir. Les choses telles que les références des personnages, les échantillons de musique, le concept art, les effets sonores, les intrigues et les chronologies devraient être placés dans le kit de localisation. La meilleure chose qui peut se passer est que votre traducteur devienne un grand fan de votre jeu !